Cette nuit, un peu après minuit trente heure française, Elon Musk (Tesla, SpaceX) a enfin fait une première présentation de son système Neuralink. Un système qui va, espérons le, révolutionner la médecine.

Le but à long terme de ce projet est de créer une interface homme-machine permettant de répondre à différents besoins : allant de soins du cerveau jusqu’au gaming. Toutefois, les premiers objectifs sont dédiés à résoudre des déficiences du cerveau : perte de mémoire, perte d’ouïe, cécité, paralysie, dépression, insomnie, douleurs intenses, épilepsie, anxiété, addiction, AVC ou encore des dommages cérébraux.

Priorité : agrandir l’équipe Neuralink

Elon Musk n’a pas hésité a préciser dès le début que le but n’est pas de trouver des investisseurs, mais bien de trouver de nouvelles personnes qui souhaitent s’investir dans un projet d’avenir et à relever des défis quotidiens.

De nombreux métiers sont recherchés, notamment des experts dans plusieurs milieux techniques : électronique, biologie, robotique, chimie, chirurgie, logiciel, soin animal et neuroscience.

Un câblage dans le cerveau ?

Le système Neuralink devant donc se brancher au cerveau, le premier défi était donc de trouver où placer le système. Au départ prévu derrière l’oreille, le système aurait été dérangeant et trop visible. Elon Musk et son équipe ont donc décidé de faire un système entièrement invasif.

L’appareil contenant la puce fera la taille d’une pièce et viendra remplacer un morceau du crâne, afin d’être entièrement invisible. De minuscules fils y seront raccordés et seront insérés en surface du cerveau. Ces 96 fils flexibles, contenant jusqu’à 3072 électrodes, seront attachés grâce à un robot neurochirurgical. Ce robot est capable d’insérer 6 fils, soit 192 électrodes, par minute et de manière entièrement autonome. Une opération devrait durer moins d’une heure et vous pourrez ressortir le jour même de l’hôpital. De plus, le robot est capable d’éviter toutes micro-veines du cerveau pour éviter tout saignement lors de l’opération.

La puce fonctionnant évidemment sur batterie et tenant une journée complète, il faudra donc la recharger chaque soir. Pour cela, une recharge sans-fil est prévue à l’image de la recharge des Apple Watch.

Une démonstration sur des cochons

Afin d’appuyer ses propos, Elon Musk a fait rentrer plusieurs cochons dans la pièce (qui par ailleurs semblait très bien traités). Le premier n’avait jamais reçu d’implant et semblait donc tout à fait normal. Le second avait reçu un implant qui fut retiré plus tard, afin de prouver que l’opération est entièrement réversible et sans séquelles.

Enfin, le cochon suivant avait un implant Neuralink encore en place et branché sur certaines parties du cerveau stimulés par la truffe du cochon. Des bips sonores permettaient de savoir quand est-ce que des stimulis étaient générés chez le cochon, et nous avons donc pu entendre en direct les réactions transmises par la puce implantée. Tous les stimulus sont également retranscrit visuellement (voir image) avec une courbe en bas indiquant le total de stimulus au travers des différents électrodes.

Le dernier cochon possédait quand à lui 2 implants, afin de montrer qu’il est tout à fait possible d’en avoir plusieurs, afin de résoudre différents problèmes.

Présentation de Elon Musk (Tesla, SpaceX)

Voici la présentation vidéo complète par Elon Musk si vous souhaitez la revoir :

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.